Archives : Livres blancs

LE DIGITAL DONNE UN NOUVEL ÉLAN A LA GESTION DES TEMPS ET A LA PLANIFICATION

Recherche de compétitivité, complexité réglementaire, évolution technologique, intégration de nouvelles générations : la DRH est sur tous les fronts et doit se repositionner dans en tant que Business Partner pour l’entreprise.

La gestion des temps et des plannings connaît une véritable mutation et passe d’une dimension administrative à une fonction opérationnelle de premier plan.

Décentralisation de la gestion, dématérialisation des processus, solutions mobiles, big data et analytics, cloud : la digitalisation est une clé pour accompagner et faciliter cette mutation.

Ce livre blanc réalisé en exclusivité par MARKESS pour Horoquartz donne un éclairage chiffré et argumenté sur l’impulsion donnée par la digitalisation à la la gestion des temps et la planification.

Il s’adresse à tous les acteurs du domaine RH qui veulent comprendre et anticiper ces  nouvelles tendances, les intégrer dans leurs réflexions et leurs projets. Basé sur des interviews de décideurs RH et SIRH, il apporte un éclairage unique sur des enjeux et des objectifs stratégiques allant de la recherche d’une meilleure efficacité de la fonction RH à un meilleur engagement des collaborateurs.

 

 

LA RELATION DES SALARIES AU TEMPS DE TRAVAIL

Des salariés du secteur public qui effectuent plus de dépassements d’heures en moyenne que leurs homologues du privé. Des cadres presque aussi nombreux que les employés-ouvriers à reporter leur temps de travail. Des salariés qui bénéficient de plus de liberté dans leurs horaires quand l’entreprise est équipée de badgeuses. Voici quelques exemples, parfois à l’encontre de certains préjugés, qui ressortent de l’étude 2017 d’Opinionway pour Horoquartz sur la relation des salariés au temps de travail.

On y découvre également que la souplesse dans l’organisation des horaires est plébiscitée par tous. Managers et collaborateurs identifient les mêmes avantages possibles, tout en divergeant largement sur les effets négatifs potentiels.

La DARES l’a démontré en 2016 : les salariés français travaillent plus que ce qu’on imagine, bien plus que les 35 heures officielles (39,1 heures en moyenne en 2015). Si les temps de travail sont analysés en détail par de nombreuses études, c’est bien la relation des salariés au temps de travail qu’Horoquartz a souhaité mesurer. Horoquartz est un observateur privilégié de cette relation puisque ses logiciels gèrent près de 4 millions de collaborateurs en France, de la PME à la grande entreprise dans tous les secteurs d’activité.

Ce livre blanc s’appuie sur une enquête réalisée en exclusivité par Opinionway auprès de 1036 collaborateurs d’entreprises publiques et privées.

LA RELATION DES MANAGERS AU TEMPS DE TRAVAIL

Comment les managers envisagent-ils la gestion du temps de travail au quotidien ? Font-ils confiance à leurs collaborateurs ? Quelle souplesse laissent-ils à leurs salariés dans l’organisation de leur temps de travail ?

L’enquête réalisée par Opinionway pour Horoquartz auprès de 1043 salariés encadrants met en avant des résultats parfois surprenants.

 

Ainsi, si 9 managers sur 10 font confiance à leurs équipes en matière de gestion du temps de travail, ils sont malgré tout 7 sur 10 à contrôler le temps de travail de leurs collaborateurs. Un paradoxe ? Pas forcément.

De la même façon, 1 manager sur 2 juge le respect des horaires indispensable. Mais ils sont 93% à reconnaître que laisser les salariés libres d’organiser leur temps de travail améliore leur productivité.

On apprend également que 68% des managers disent laisser une certaine souplesse à leurs équipes en matière de gestion du temps de travail. Un avis pas toujours partagé par les salariés !

 

Des résultats parfois à l’encontre de certains préjugés, qui permettent de mieux comprendre comment les managers appréhendent le temps de travail des membres de leurs équipes.

SÉCURITÉ DES SALARIÉS FRANÇAIS : ENTRE SENTIMENT ET RÉALITÉ

Ni anxiogène, ni alarmiste, le constat d’une réalité avant tout.

Nous connaissons souvent dans notre entourage des personnes ayant subi des agressions, des menaces, ou des incivilités dans le cadre de leur travail ou des trajets pour s’y rendre ou en revenir. Nous avons parfois vécu personnellement ce type de situation.

Les statistiques officielles donnent-elles une vision objective et complète de la réalité vécue par les 25 millions de salariés français ? Il est probable que de nombreux cas n’apparaissent pas dans les chiffres de la police, de la gendarmerie voire des compagnies d’assurance, tout simplement parce qu’ils ne font pas systématiquement l’objet d’un dépôt de plainte ou d’une demande d’indemnisation.

C’est pour cette raison que nous avons demandé à Opinionway d’interroger directement les salariés français et d’essayer de faire la part des choses entre ce qui relève de la perception et de la réalité vécue.

Principal enseignement : 41% des salariés interrogés estiment que l’insécurité augmente sur le trajet domicile-travail et 26% qu’elle progresse au sein même de leur entreprise.

L’étude menée par Horoquartz et Opinionway a également mesuré l’insécurité au travail réellement vécue par les salariés français. Finalement, les résultats font ressortir une réalité assez proche de la perception que se font les salariés. Ainsi, un tiers d’entre eux (36%) déclare avoir déjà subi des insultes ou des menaces dans les cinq dernières années, bien souvent de manière répétée. 17% ont par ailleurs été victimes de vols. Les agressions physiques sont plus rares, mais s’élèvent tout de même à 8%. De façon plus générale, les personnes en contact fréquent avec le public sont beaucoup plus concernées par de tels actes. On note également des différences sensibles suivant les régions.

Si, pour le lieu de travail, la perception des salariés est très proche de la réalité vécue, il en est autrement pour les trajets. Les actes subis sont inférieurs à la perception que s’en font les salariés.

L’étude a également évalué les conséquences vécues de cette insécurité en termes d’arrêts de travail voire de changement d’employeur. Enfin, les salariés français attendent clairement des efforts de leurs employeurs pour mieux garantir leur sécurité.

 

Ce livre blanc s’appuie sur une enquête réalisée en exclusivité par Opinionway auprès de 2002 salariés, travaillant dans les entreprises publiques et privées sur l’ensemble de notre territoire national.

L’AUTOMATISATION, CLÉ DE VOÛTE D’UNE DRH DIGITALE PERFORMANTE

La transformation digitale qui s’opère au sein des directions RH est indissociable de l’automatisation des processus, qu’ils soient administratifs ou davantage tournés vers la gestion des talents. Cette automatisation ne doit cependant pas être limitée aux processus RH stricto sensu et doit aussi concerner ceux impliquant collaborateurs et managers. Leur vie au sein de l’entreprise est en effet jalonnée par une multitude de « petites choses », de tâches récurrentes qui ont un impact important sur leur quotidien (en termes de temps, d’intérêt pour les accomplir…) et qui demandent à être simplifiées et améliorées, à l’image des services publics dématérialisés (impôts, démarches en ligne…) qui simplifient la vie de 76% des Français (source : sondage Opinionway pour Zingularity – 2016). 62% de ces sondés estiment même que sans l’aide de la technologie, ils auraient plus de difficultés dans leur vie quotidienne.

Pourquoi n’en serait-il pas de même dans l’environnement professionnel ?

 

L’étude menée par MARKESS pour Horoquartz fait le point sur les enjeux RH à relever avec le digital, les outils de digitalisation de la gestion des temps, des plannings et des effectifs, et fait le point sur les tendances à l’horizon 2020.

Ainsi, 68% des décideurs RH interrogés considèrent que l’automatisation des processus RH est un enjeu essentiel à relever avec l’aide du digital. 7 décideurs RH sur 10 déclarent également qu’il est impératif que la gestion des temps et des activités puisse désormais se faire sur des équipements mobiles.

 

Ce livre blanc réalisé en exclusivité par MARKESS pour Horoquartz donne un éclairage chiffré l’automatisation aux stratégies RH d’aujourd’hui et de demain.

Il s’adresse à tous les acteurs du domaine RH qui veulent comprendre et anticiper ces  nouvelles tendances, les intégrer dans leurs réflexions et leurs projets. Basé sur des interviews de décideurs RH et SIRH, il apporte un éclairage unique sur des enjeux et des objectifs stratégiques allant de la recherche d’une meilleure efficacité de la fonction RH à un meilleur engagement des collaborateurs.

RELATION AU TRAVAIL : L’ÂGE EST-IL VRAIMENT UN DIFFÉRENTIATEUR ?

Baby-boomers, Génération X, Génération Y, Génération Z… l’âge est-il vraiment si différentiateur dans la relation au travail, l’engagement, les comportements, la fidélité à l’employeur ? Et si tout ce qu’on nous raconte depuis des années sur les Générations Y et Z s’avérait très exagéré ?

Ce consensus sur les différences supposées entre les générations au travail repose-t-il sur une mesure objective ou sur des impressions ? D’un côté des baby-boomers réputés engagés, fidèles à l’entreprise et dociles et de l’autre des Millenials privilégiant a priori l’équilibre vie privée-vie professionnelle, la recherche de sens dans le travail, le besoin de comprendre avant d’exécuter…

Cette opposition a-t-elle été réellement mesurée statistiquement à l’échelle d’une population ? Du comportement d’un échantillon de Millenials diplômés, mobiles, digital natives, n’aurait-on pas tiré une généralisation un peu rapide sur l’ensemble d’une classe d’âge ? Pour ces différentes générations aujourd’hui au travail, qu’en est-il vraiment de leur relation à l’entreprise ? Que recherchent-elles dans leurs missions quotidiennes ? Comment jugent-elles leur employeur ? Quelle est l’importance du salaire ou de l’utilité du travail ? Et surtout, l’âge a-t-il l’influence aussi déterminante qu’on lui prête sur ces différents facteurs ?

Horoquartz, leader et pionnier de la gestion des temps et des plannings en France, est un observateur privilégié du rapport à l’entreprise des salariés français.

Opinionway a interrogé pour Horoquartz plus de 2200 salariés issus de tous les secteurs d’activité et de tous les types d’entreprises, toutes générations confondues, pour tenter de donner une mesure statistique à ce qui pourrait parfois ressembler à des…clichés.

Ce livre blanc fournit une photographie inédite de la relation à l’entreprise des différentes générations qui se partagent le monde du travail… avec des résultats parfois contre-intuitifs.

Cette première partie sera suivie d’un second volet qui mesurera de façon plus précise la relation au temps de travail en fonction de la génération des salariés.

QUI SONT SES SALARIES QUI DEMANDENT PLUS DE SOUPLESSE DANS LEURS HORAIRES DE TRAVAIL ?

Une étude menée par Wrike*auprès de 4000 salariés américains, allemands, anglais et français a récemment démontré que la flexibilité des horaires figurait dans le trio de tête des leviers de motivation au travail. A l’heure du télétravail, du slashing(1) et de la mobilité, on pourrait penser que la majorité des salariés français dispose d’une latitude dans l’organisation de ses horaires de travail. Dans une précédente étude réalisée en 2017 par Opinionway à la demande d’Horoquartz, 1 salarié français sur 2 indiquait ne disposer d’aucune souplesse dans ses horaires de travail.

Contraintes de fonctionnement et de service client, obligations d’accueil du public et de continuité de service, organisation industrielle : il existe de nombreux cas où une plus grande flexibilité des horaires se heurte à la réalité.

Pourtant l’attente des salariés à ce sujet semble être démontrée. Dans ce nouveau volet, Horoquartz a essayé de voir s’il existait un « profil-type » du demandeur de flexibilité et notamment s’il existait un effet générationnel.

Horoquartz, leader et pionnier des solutions de gestion des temps et des plannings en France, est un observateur privilégié du rapport à l’entreprise des salariés français. En partenariat avec Opinionway, Horoquartz a interrogé plus de 2200 salariés issus de tous les secteurs d’activité et de tous les types d’entreprises, toutes générations confondues, pour apporter un éclairage statistique mesurable à cette demande de flexibilité qui est désormais au coeur des débats RH.

La GTA, UN OUTIL D’OPTIMISATION DES RESSOURCES HUMAINES ET DU BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL

Quelle entreprise n’a jamais rencontré un problème de planification de ses effectifs ? Une incapacité à répondre à un pic d’activité par manque d’anticipation des temps de travail d’un service ?

Planifier les ressources humaines en fonction des besoins mouvants de l’entreprise est une activité complexe, qui ne doit pas être perçue comme une fonction purement administrative car elle a un impact direct sur la performance et sur la création de valeur. Or, à l’heure où les entreprises doivent être agiles et réactives pour rester compétitives, être en mesure de déléguer rapidement les moyens humains nécessaires pour répondre aux fluctuations des activités devient déterminant.

Dans ce contexte, s’équiper d’outils de Gestion des Temps et des Activités (GTA) est devenu indispensable pour accéder à une lisibilité précise et en temps réel des ressources humaines disponibles et pour piloter les activités. Par ailleurs, en apportant aux collaborateurs une plus grande visibilité et transparence sur les plannings et en leur permettant de déposer leurs  congés et RTT en ligne, les solutions de GTA les rendent plus autonomes, favorisent leur engagement ainsi que leur bien-être au travail. Elles leur donnent une plus grande flexibilité dans la gestion de leur emploi du temps.

Ce livre blanc, rédigé pour le compte de la société Horoquartz par les analystes du cabinet d’études indépendant MARKESS by exægis, vise à montrer comment la GTA demeure un outil d’optimisation des RH et du bien-être au travail et comment elle apparaît comme l’un des socles de la digitalisation des processus RH.