QUELLES SOLUTIONS DE SÛRETÉ POUR L’AGROALIMENTAIRE ?

11 avril2019

Souvent soumis à la norme Food Defense, les sites de production agroalimentaires ont des contraintes de sécurité spécifiques

 

Il y a encore quelques années, une sécurité périmétrique avec un grillage haut associée à un système de détection-intrusion, ainsi qu’un système de contrôle d’accès avec barrières levantes et 2 tambours suffisaient à sécuriser le site de production. L’arrivée de la norme agroalimentaire IFS (International Food Standard) a obligé les sites à augmenter leur niveau d’équipement et à protéger leurs zones sensibles. Aujourd’hui, pour répondre aux exigences du secteur agroalimentaires, des solutions prennent compte le contexte particulier des sites de fabrication.

Vivian Pelletier, Directeur Produit sûreté-sécurité d’Horoquartz, partage son expertise de l’industrie agroalimentaire pour une sécurité réussie.

 

Contrôle d’accès et obstacles comme base de la sécurité

Pour réduire tout risque de sabotage, vol et contamination volontaire des produits, il est nécessaire de maîtriser les flux de personnes. Pour cela, la mise en place d’un contrôle d’accès par badge, code ou biométrie s’avère essentiel. Il vise un double objectif :

  • limiter l’accès aux différentes zones de production et de stockage (matières premières ou PF) aux seules personnes autorisées,
  • pouvoir tracer les présences sur les zones en cas de dégradation avérée.

Ainsi, l’accès aux zones de production et aux produits est contrôlé et tracé durant toutes les étapes de fabrication.

Pour s’assurer que seules les personnes autorisées accèdent aux zones sécurisées, il est préférable de compléter le dispositif de contrôle d’accès d’obstacles garantissant l’unicité de passage. Tourniquet et SAS permettent d’assurer cette sécurité complémentaire.

 

Des process de cheminement et de double contrôle

Associer le contrôle d’accès à des fonctionnalités complémentaires renforce la sécurité sanitaire d’un site agroalimentaire. Par exemple, le contrôle de cheminement pour rendre obligatoire le passage par les zones de lavage et le vestiaire.

La fonctionnalité « anti-passback » est typiquement utilisée pour cet usage. Ainsi, il est possible de contraindre un salarié à repasser par une étape de nettoyage pour accéder à la zone de production.

Pour exemple, cette solution est déployée sur le site agroalimentaire Les délices de St Léonard : « Toutes nos portes pour accéder à la zone de production sont équipées de lecteurs de badges dans le sens “ zone non-sensible ” vers “ zone sensible ” interdisant ainsi de transiter dans ce sens. La seule solution pour accéder de nouveau à la zone de production, c’est de repasser par la case départ : vestiaire puis tourniquet de double contrôle  ».

Il est aussi possible de combiner un double contrôle pour garantir une bonne hygiène en zone de production, et permettre aux entreprises de faire un pas de plus vers le respect des normes de sécurité alimentaire. Ainsi, avant d’accéder à la zone de production, on peut soumettre le salarié, dès la sortie du vestiaire, à un double contrôle : badge + nettoyage des mains. Toujours dans la logique de cheminement, cette combinaison de deux étapes permet la libération du tourniquet et l’accès à la zone de pro­duction.

Définir les critères d’accès aux zones de production

Au-delà de l’attribution des droits d’accès en fonction du profil du salarié (sa fonction), il est possible d’aller plus loin et d’améliorer l’efficacité de votre contrôle d’accès. En reliant l’outil de contrôle d’accès avec la solution de gestion des temps, il est possible d’attribuer des droits en fonction des planifications horaires des salariés (temps de travail) et suivant la production en cours (planning de production) grâce aux données préalablement enregistrées dans l’outil. C’est ce que permet Horoquartz avec l’intégration possible de ses deux solutions Protecsys 2 Suite (sûreté-sécurité) et eTemptation (gestion des temps).

 

 

Alarme et vidéosurveillance pour compléter le dispositif

En installant une solution de détection-intrusion, le responsable sûreté-sécurité du site est alerté en cas d’intrusion d’un individu dans une zone protégée (station d’épuration, salle serveur…). Des alarmes techniques peuvent aussi être installées pour contrôler les fluctuations de température et empêcher la dégradation des aliments.

Adossé à de la vidéosurveillance, le dispositif permet de faciliter la levée de doute pour assurer une réactivité dans la prise de décision. Il est aussi d’une aide précieuse pour l’identification en cas de dégradation avérée.


Vivian Pelletier, Directeur Produit Sûreté-Sécurité Horoquartz