GESTION DES TEMPS ET EXPERIENCE UTILISATEUR : « IL FAUT AIMER L’HUMAIN » !

09 décembre2021

Application du SIRH la plus accédée au quotidien, la GTA a besoin d’une interface utilisateur très aboutie pour apporter à chacun confort et rapidité d’utilisation. Comment un éditeur comme Horoquartz aborde-t-il ce sujet subtil, tout particulièrement avec la récente sortie de la version 6 de sa suite eTemptation ? Entretien avec Sophie Ropars, Responsable UX design et Claudine Baverez, Product owner.

Usage quotidien ou occasionnel : la simplicité prime !

« La gestion des temps est une des rares applications en entreprise à s’adresser à tous les collaborateurs. Ils peuvent en avoir un usage quotidien en particulier quand ils badgent, auquel cas, ils doivent vite trouver des automatismes. 

Mais ils peuvent aussi en avoir une utilisation plus occasionnelle, par exemple des cadres qui font des demandes d’absences ou déclarent leurs jours travaillés une fois par mois. La simplicité et l’intuitivité de la solution sont encore plus déterminantes pour eux » indique Claudine Baverez qui poursuit : « il est important que les premiers déploiements génèrent un buzz positif en interne pour encourager l’adoption de la solution par l’ensemble des collaborateurs ».

Le concept de « User Journey »

Pour Sophie Ropars, en charge du Design chez Horoquartz, tout part d’une étude des persona : « nous identifions les différents types d‘utilisateurs de nos solutions et nous faisons une étude de cas de leur scénario d’usage au travers d’entretiens approfondis », une approche qui pour Sophie Ropars nécessite une bonne dose d’empathie. « Il faut comprendre ce qui se passe dans la tête des gens sans aucun parti pris, les faire parler et les emmener dans une démarche qui prend toujours le cas d’usage le plus riche pour aller vers le plus simple. Cela prend beaucoup de temps, il faut aller chez les clients, comprendre les attentes de chacun voire les frustrations, discerner le superflu du nécessaire, trouver des consensus…mais c’est indispensable ». Les équipes R&D peuvent ainsi plus facilement visualiser et représenter l’expérience d’un collaborateur qui utilise telle ou telle fonctionnalité de la solution.

Vers une simplification intelligente

 

« Il s’agit de garder la même richesse fonctionnelle d’une version à une autre en changeant l’angle de vue pour apporter la simplicité attendue » poursuit Sophie Ropars. « Pour la version 6 d’eTemptation, nous nous sommes concentrés sur 4 grands fondamentaux : l’utilisateur ne doit voir que ce qu’il a vraiment besoin de voir, les autres affichages se faisant à la demande. Il doit disposer d’un ‘bouquet d’actions’ immédiatement accessibles de l’endroit où il est. Chaque geste unitaire doit prendre le moins de temps possible ce qui implique de réduire au maximum le nombre de clics. Et enfin, nous avons travaillé pour réduire le nombre de fonctions en repensant leur conception et les zooms de navigation».

Une UX basée sur des standards

« En matière d’UX, il est difficile de faire l’unanimité. Il faut souvent se méfier des modes et éviter de rechercher à tout prix l’effet ‘waouh’ qui peut aussi avoir des effets négatifs. Il existe quelques standards sur lesquels nous nous appuyons car ils font consensus dans la communauté des UX designers » indique Claudine Baverez. Un avis partagé par Sophie Ropars qui poursuit : « le plus connu est le RGAA défini initialement pour les malvoyants et qui fixe des règles de contraste et de lisibilité des écrans au bénéfice de tous. Microsoft produit également des guides qui font référence sur le sujet ». Pour cette version 6, les équipes R&D ont ainsi fait un travail en profondeur sur les couleurs, les formes, les associations objet-forme. Chaque objet a fait l’objet d’une validation pour aboutir à des écrans consensuels. « Nous avons par exemple intégré des composants Dark UI pour faciliter le choix de couleurs et favoriser des personnalisations par les utilisateurs qui respectent l’UX globale de la solution ».

« Il faut aimer l’humain en fait »

Quand on lui demande quel est le principal levier de réussite de cette approche, c’est la conclusion étonnante mais somme toute très logique donnée par Sophie Ropars. Car au-delà de la technique et de l’expérience, c’est avant tout l’envie d’améliorer le confort quotidien de millions d’utilisateurs qui semble motiver les équipes R&D d’Horoquartz.

 

Consultez notre précédent article sur le même sujet  : UX et Gestion des temps – les fondements