GESTION DES COMPÉTENCES : LA CLÉ POUR S’ADAPTER À UN MONDE PROFESSIONNEL QUI CHANGE ?

02 novembre2020

De nombreux secteurs font les mêmes constats : les métiers sont en forte évolution sous l’effet d’évolutions business, technologiques (la digitalisation), ou plus récemment, sanitaires. Pour beaucoup d’activités, cette transformation des métiers induit une obligation de renforcement de leur GPEC.

L’avis de Mathieu Marty, Directeur des opérations Gestion RH chez Horoquartz.

La gestion dématérialisée des compétences, concrètement, qu’est-ce que c’est ?

Mathieu Marty : « La gestion dématérialisée des compétences sert d’abord à confronter les compétences acquises et les compétences requises au sein d’une entreprise. Comment adapter les compétences aux emplois, aligner les objectifs stratégiques et les besoins de l’entreprise ? Nos clients sont surtout des PME ou ETI en pleine croissance qui, à un moment donné, peinent à gérer la cartographie et la gestion de leurs compétences, la réalisation des campagnes d’entretien, ou la gestion du plan de formation. Elles ne s’y retrouvent plus, il n’y a aucun historique, aucune traçabilité. D’autant que ces données restent le plus souvent dans la sphère RH, les managers et collaborateurs n’y ont pas toujours accès, ce qui est pénalisant sur un plan opérationnel. Un logiciel permet de digitaliser ces processus RH en pilotant le référentiel des emplois, en définissant des plans de compétences et de formation cohérents, qui s’appuient sur des objectifs clairement identifiés. »

La crise sanitaire actuelle a-t-elle eu un impact sur la gestion des compétences ?

 

« En tout cas, elle a accéléré la prise de conscience sur cet enjeu. Dans certaines activités, nous assistons à un bouleversement complet de la gestion des compétences. On pourrait citer par exemple le secteur de l’événementiel qui opère une transformation à marche forcée vers le digital. Mais il y a aussi des tendances de moyen terme, comme la montée en puissance du e-commerce au détriment du commerce physique. Dans tous les cas, cela implique une transformation forte des métiers et donc des compétences nécessaires. Gérer de telles évolutions sans outil dématérialisé de GPEC devient vite un casse-tête. D’autant plus que les services RH sont aujourd’hui sur tous les fronts et doivent impérativement se libérer du temps. »

En quoi Process4people est-il différent d’un outil de Talent Management classique ?

 

« D’abord parce que Process4people est un logiciel conçu pour être modulaire et très agile. L’idée, c’est que chaque brique répond à un besoin et toutes peuvent être utilisées seules ou de façon complémentaire : le portail RH, la gestion des formations, la gestion des compétences, la gestion des entretiens… Certains confrères ont des solutions très packagées et très poussées fonctionnellement, mais il leur est plus difficile de répondre à des besoins spécifiques qui sont fréquents dans ce domaine. Notre force réside dans la capacité de personnalisation des workflows. L’objectif, c’est vraiment de simplifier la vie des utilisateurs avec un outil qui reste intuitif et convivial.

Cela permet aussi à Process4people de proposer une gestion très ‘terrain’ des compétences avec une décentralisation poussée. Avec P4p, les managers de terrain et les opérationnels retrouvent les données dont ils ont besoin directement dans leurs applications de production : l’ERP, la planification des équipes, le suivi d’activité… »

La gestion des compétences figure-t-elle parmi les grands enjeux RH de demain ?

 

« Complètement. Les entreprises vont de plus en plus avoir besoin de simplifier leur gestion de carrière, d’une manière générale, et la gestion des compétences en est une brique essentielle. Les orientations stratégiques à mener en matière de recrutement, de formation ou de mobilité interne dépendent de la GPEC. Sa gestion prévisionnelle est donc impérative. La pénurie des talents reste une réalité. Les salariés d’aujourd’hui ont besoin de savoir quelle sera leur marge de progression dans l’entreprise, quelles seront leurs perspectives. Et ils ont tout autant besoin de partager sur leurs compétences et le moyen de progresser »


Marie Lasseron, Content Manager chez Horoquartz, d’après un entretien avec Mathieu Marty, Directeur des opérations Gestion RH chez Horoquartz