Vidéosurveillance

Pourquoi mettre en place une vidéosurveillance ?

La vidéosurveillance, parfois également appelée vidéoprotection, a un rôle dissuasif certain. C'est également le seul système qui permet un retour arrière sur un événement. C'est donc un composant essentiel de la chaine de sécurité. Il ne peut cependant se suffire à lui seul car un système de vidéosurveillance n'a pas vocation à empêcher une intrusion.

Il apporte cependant une efficacité réelle dans la prévention, dans l'identification, dans l'établissement de la preuve. Il renforce également la réactivité par ses capacités de levée de doute et aide à prendre les décisions appropriées.

Horoquartz vous propose un webinar pour comprendre comment intégrer la vidéosurveillance dans votre projet de sécurité, quels sont les avantages apportés et quelles sont les contraintes réglementaires à respecter.

Une gamme complète de caméras IP pour la vidéosurveillance

Le marché des caméras IP professionnelles se développe de manière considérable. Désormais les fabricants ont mis au point des caméras capables de fonctionner dans l'obscurité totale ou face à un fort contraste. De quoi répondre à des besoins plus variés avec des caméras réseau qui peuvent se faire discrètes, thermiques, thermographiques, petites, ou encore avec une vision à 360 °ou des fonctions de balayage avancées.

Elles se présentent sous différents types, à dôme fixe, discrète, PTZ (panoramique / inclinaison / zoom) ou encore thermique. Elle permet de visionner en direct ou d'enregistrer des scènes, soit sur demande ou en raison d'un événement déclenchant comme un mouvement ou une alarme. L'accès à la vidéo pouvant se faire à partir de n'importe quel accès à un réseau IP.

Comment choisir ses caméras IP ?

Pour bien choisir sa caméra, il faut au départ définir les objectifs de la vidéosurveillance : vue d'ensemble, surveillance d'approche extérieure, lutte contre la démarque interne - externe, détection de mouvements de foule, traçage d'objets, comptage de personnes, filtrage de véhicules. Il faut également définir le niveau de détail nécessaire pour l'identification des personnes ou des objets. De quoi déterminer avec exactitude le type de caméra, le champ, le positionnement et l'objectif à utiliser.

Ainsi, pour chaque lieu il faut calculer le nombre de zones d'intérêt et la portion des zones à couvrir. Cela va aider au choix du type et du nombre de caméras nécessaires.  Pour surveiller une grande surface, on peut donc utiliser plusieurs caméras fixes ou à dôme fixe, ou bien des caméras PTZ. Sachant que les PTZ disposent de fonctions avancées de zoom optique, de quoi fournir des images à haut niveau de détails. Mais elles ne peuvent fournir qu'une brève vue d'ensemble d'une partie de leur zone de couverture à un moment donné. A contrario, une caméra fixe est capable de couvrir intégralement la zone en permanence.

La sensibilité à la lumière et le besoin d'éclairage sont des éléments importants à prendre en compte, les caméras IP de vidéosurveillance présentent différentes sensibilités à la lumière. Pour les environnements extérieurs, les caméras avec LED infrarouges (IR) intégrées ou des projecteurs IR externes vont améliorer la qualité des vidéos en condition de faible lumière. Une caméra thermique peut aussi être envisagée le cas échéant.

Les stockeurs d'enregistrement d'images de vidéosurveillance

L'utilisation et la conception de l'espace de stockage des vidéos sur IP dépend :

  • du nombre de caméras du système
  • de la disponibilité d'enregistrement continu ou déclenché sur événement
  • du type de stockage
  • du nombre d'heures d'enregistrement par jour
  • de la fréquence d'image
  • de la résolution des images
  • du taux et du type de compression vidéo
  • de la complexité de la scène à surveiller (les conditions d'éclairage, son niveau d'activité...)
  • de la durée souhaitée de conservation des données

Le type de compression vidéo utilisé est un des facteurs affectant le volume d'espace de stockage. Le format de compression H.264 est la technique de compression vidéo la plus efficace actuellement.

Bien sûr il est possible de gérer les caméras individuellement ou ensemble, directement à partir de l'écran principal. Il est possible de visionner les enregistrements pendant que d'autres enregistrements se poursuivent. De plus, les enregistrements déclenchés par une alarme comportent une indication de la date et de l'heure de début et de fin de l'enregistrement, facilitant la recherche des scènes.

Bien respecter le cadre légal de la vidéosurveillance

Des caméras peuvent donc être installées sur le lieu de travail pour des fins de sécurité des biens et des personnes. Elles peuvent filmer les entrées et sorties des bâtiments, les issues de secours et les voies de circulation, tout comme les zones où de la marchandise ou des biens de valeur sont entreposés.

Mais attention, il est impossible de filmer spécifiquement les employés sur leur poste de travail, sauf pour ceux manipulant de l'argent par exemple, et encore la caméra doit plutôt filmer la caisse que le caissier. Impossible également de filmer les zones de pause ou de repos des employés ou encore les locaux syndicaux ou des représentants du personnel. Le Code du travail prévoit aussi que le système mis en place soit proportionné au regard des intérêts protégés.

Pour autoriser l'installation d'une vidéosurveillance le législateur prévoit plusieurs conditions cumulatives. Il doit s'agir de « préserver un intérêt légitime de l'entreprise pouvant être caractérisé par un risque particulier de vol ou par la surveillance d'un poste de travail dangereux, de consulter le comité d'entreprise et le CHSCT et d'informer les salariés ».

Pour la consultation des images, seules les personnes habilitées, formées et sensibilisées aux règles de mise en œuvre du système, et dans le cadre de leurs fonctions, peuvent le faire. La CNIL considère que la conservation des images de vidéosurveillance ne doit pas excéder un mois.

Le dispositif doit être déclaré à la CNIL, sauf si l'installateur a désigné un Correspondant Informatique et Libertés (CIL). Si les caméras filment un lieu ouvert au public, le dispositif doit être autorisé par le préfet.

Les instances représentatives du personnel doivent être informées et consultées avant toute décision d'installer des caméras. Les employés comme les visiteurs quant à eux doivent être informés, au moyen d'un panneau affiché de façon visible dans les locaux sous vidéosurveillance, de l'existence du dispositif, du nom de son responsable, mais aussi de la procédure pour demander l'accès aux enregistrements les concernant.

En plus, chaque employé doit être informé individuellement (au moyen d'un avenant au contrat de travail ou d'une note de service, par exemple).

La vidéosurveillance renforce la surveillance et améliore la sécurité de vos installations par analyse d'image.

Voir plus

Une gamme complète de caméras IP pour tous vos besoins de vidéosurveillance en entreprise.

Voir plus